Lumière noire – Lisa Gardner


[Club branché]

Je ne connais pas encore cette plume mais je suis embarquée dès les premières pages. Lisa Gardner, dit-on, est une auteure à succès alors je me laisse prendre et je suis l’avis collectif.

Je ne suis pas déçue par ce début prometteur, ça se lit très bien et l’ambiance se noircit, c’est croissant et dès le départ ça ne manque pas de rebondissement.

Intrigue et originalité

Il y a 5 ans Flora a été enlevée par Jacob et enfermée vivante des jours durant dans un cercueil en bois, affamée et violée, elle est réduite à l’état de chose. Aujourd’hui elle a 27 ans, elle est libre mais cet épisode tragique l’a changée, et désormais c’est sûr, plus personne ne prendra le contrôle … à moins que … Nouveau drame et nouveau récit,  les deux périodes sombres sont entremêlées, le passé et le présent et les conséquences de l’un sur l’autre.

Alors que dire de l’originalité si ce n’est … que c’est beaucoup trop invraisemblable à bien des niveaux. Tout allait bien dans ce thriller mais quelle déception de constater tous ces faits improbables.

Personnages

D.D. Warren : commandant de toute sa hauteur, un peu obstinée et blessée à l’épaule dans une précédente affaire, elle est « mise sur la touche » dans le bon rôle de superviseuse. Mal à l’aise dans ce rôle elle s’investit pourtant dans cette nouvelle affaire de disparition, bien qu’elle ne porte pas Flora dans son cœur.

Florence/Flora/Molly : Florence, enlevée une fois, deux fois …trois fois ? Démolie après sa première captivité, pour assurer sa sécurité elle enchaîne les cours d’autodéfense poussés et installe un triple verrou sur la porte de son appartement. Ça n’empêchera rien mais tout ce que le passé lui a appris … peut être lui servira.

Rythme et facilité de lecture

C’est un thriller à deux voix, d’un côté le commandant D.D. et son point de vue de flic bien arrêté, et Flora jeune adulte meurtrie par 472 jours passés en captivité. Le rythme de ce récit est parfait, des chapitres ni trop long ni trop court et une alternance de récit qui ne laisse ni répit ni place à l’ennui.

Il n’y a pas de détails lourds qui pourraient rendre cette lecture malsaine, mais une écriture subtile qui laisse à notre imagination le soin de visualiser (ou non) ce qu’a vécu Flora.

[Lumière]

Pas de grande surprise à l’issu de cette histoire, tous les indices que distille l’auteur permettent de déduire les faits à venir et surtout l’identité du déviant.


lumière noire

Beaucoup de rebondissements et un rythme effréné qui écartent l’ennui. Je regrette cependant que la crédibilité du récit soit ternie par tant de faits invraisemblables. Avis mitigé en somme.

Plus d’avis ici

Peut être que ceci vous intéresse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *