Les buveurs de lumière – Jenni Fagan


[Encore du soleil]
On prend le bus et on déménage … Un début tout en douceur, l’univers du récit se met en place. On rencontre des gens en ‘marge’ et c’est plaisant.
L’ambiance est (encore) fraîche et baignée de soleil.

[Nature surmenée]Intrigue & Originalité
A l’aube d’une aire glacière Dylan doit quitter le cinéma d’essai dans lequel il a toujours vécu et grandi. Il prend sous son bras sa mère et sa grand-mère pour aller retrouver ses origine et peut être s’offrir un nouvel avenir – Meilleur ? Il rencontre Stella, ado transgenre. Dans ce récit il est question de conjecture, d’adolescence et de quête généalogique. Mais aussi d’existence et de reconnaissance parfois.

[Comme gelé]Rythme & facilité de lecture
Ce récit est conté à deux voix, celles de Stella et de Dylan. C’est une aventure lyrique, comme une douce poésie où la nature serait le personnage principal.
La douceur est ponctuée de brutalité parfois qui rappel la réalité au lecteur. On a l’impression que le temps s’arrête mais la température continue sa chute. Apocalypse et quête familiale se mêle au milieu d’une nature fascinante.

[Bonhommes de neige]Personnages
Dylan est forcé de quitté l’endroit qui l’a vu grandir. Un brin tourmenté par des questions restées longtemps sans réponses, il se “retrouve” dans cette communauté marginale. Plutôt sociable et (un peu) attiré par les jolies femmes, il ne tarde pas à établir un lien fort avec ses nouvelles voisines.

Stella et sa maman : avant Stella s’appelait Cael, avant Constance avait un fils. L’histoire de Stella est celle d’un ado qui change de sexe à un âge où d’ordinaire rien n’est facile à vivre. Alors imaginez : mineur(e) et transgenre, dépourvu(e) de père et vivant dans une communauté où l’éducation est dispensé par des sœurs. Sans oublier le climat qui chaque jour vous glace un peu plus les os. Où est sa place et quelle est-elle ? Mais surtout, du climat rigoureux ou des hommes partiaux, qui est le plus cruel ?

[Cœur réchauffé]… et c’est terminé
Ce récit n’est pas moralisateur et pourtant, quand on ferme le livre on se rappelle que les années filent et que rien ne s’améliore. L’horizon de ce récit c’est 2020, c’est tout près et peu importe comme on se l’imagine c’est [presque] complètement réaliste. -56° en Ecosse vous imaginez ? Réadaptez et ré-apprendre la vie par ce temps glacial. L’existence est tellement ralentie que … elle pourrait bien s’arrêter.


Ce récit sonne comme un hymne à la terre, très poétique tout en traitant de sujets d’actualités forts. Le réchauffement climatique, l’adolescence et le “genre” notamment. A travers la quête familiale des personnages (délicieux et attachants), l’auteure prend son temps pour dépeindre les détails du récit. Et bien que ce ne soit pas mon genre de lecture, j’ai tout de même passé un bon moment.

Plus d’avis sur Les Buveurs de Lumières

Peut être que ceci vous intéresse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *